banniere

La compagnie Atmen fondée en 2006, crée et diffuse des spectacles de danse contemporaine en lien avec d’autres disciplines (musique, arts plastiques, vidéo etc.).

L’exploration artistique de la compagnie se situe autour de la notion de frontière : les limites poreuses entre deux polarités.

Le travail se développe autour d’une écriture chorégraphique minimaliste. C’est une recherche sur le mouvement organique, brut, impulsif initié par différentes techniques de respiration. La partition se déploie autour de motifs récurrents qui se génèrent, se multiplient et se transforment en fonction d’une étude spécifique sur les états de corps.

Les activités de la compagnie s’articulent autour de trois axes :

  • créations, recherches et diffusion des pièces chorégraphiques
  • performances in situ, actions urbaines
  • actions culturelles auprès d’un public diversifié

Démarche artistique

« Il s’agit dans mon travail de déceler et donner à voir, à travers le mouvement dansé les ressorts propres au corps. Comment faire surgir un mouvement traduisant l’essence même d’une pulsion, de ce qui relèverait de l’instinct ? Le matériau chorégraphique de départ est souvent minimal, afin d’aller creuser dans la profondeur de l’émotion la plus brute. Quand je parle d’émotion, je parle d’état de corps spécifique.

La respiration est mon principal outil. Un travail sur différents types de respiration, adossé à la pratique régulière de différentes techniques, me permet de faire surgir ce qu’il y a de plus essentiel et de brut dans le mouvement. Le souffle nous met en communication avec l’état intime de l’interprète, fait surgir ce qui est à l’intérieur et le donne à voir à l’extérieur sans apprêt ni fioriture.

La partition que j’écris en amont, est ensuite retravaillée selon un système de répétition et de modulation de mouvements. Ainsi se développe un système sériel et modulaire propre à l’écriture chorégraphique que j’explore. Une même forme se répète et se développe en boucle tout en n’étant jamais tout à fait la même. Ce processus pousse progressivement l’interprète à des mouvements instinctifs, des mouvements qui lui sont propres, distancés de la partition de départ.

Les créations s’envisagent autour de  collaborations artistiques. C’est une interaction entre la danse et la musique, les arts pastiques, les technologies numériques. Ces rencontres sont riches d’échanges et se modulent en fonction des projets.»

Françoise Tartinville, chorégraphe

Toute l’équipe

banniere2